Aires culturelles à l’épreuve/カルチュラルスタディーズ再考

Aires culturelles à l’épreuve : transversalités, déconstructions, reconstructions

https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/3450//

  • Kae Amodocteure de l’EHESS ( FFJ )
  • Éloi Ficquetmaître de conférences de l’EHESS ( FFJ, CéSor )Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Sakiko Nakaodocteur de l’EHESS ( FFJ )
  • Mayuko Yamamotodoctorante contractuelle à l’EHESS ( CESPRA, FFJ )

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Lundi de 11 h à 13 h (salle AS1_08, 54 bd Raspail 75006 Paris), les 25 novembre, 9 décembre 2019, 13 et 27 janvier, 24 février, 2 et 23 mars, 27 avril, 11 et 25 mai, et 8 juin 2020

Les recherches sur les aires culturelles se sont longtemps fondées sur des représentations géographiques et politiques pensées à partir de l’Occident, divisant la surface terrestre en vastes ensembles territoriaux pour y agglomérer des ensembles sociaux très diversifiés. Des collections très sophistiquées de particularismes ont été ainsi constituées, tout en étant associées à des dispositifs de compréhension généralistes, potentiellement réducteurs. De plus, en concentrant sur elles-mêmes l’exercice de l’autorité savante, ces recherches reposaient sur des organisations inégalitaires, au détriment des détenteurs originaux des savoirs. Aujourd’hui des nouvelles dynamiques de production, de circulation et d’échange de connaissances émergent en franchissant les frontières étatiques, les barrières culturelles et les structures académiques. Ainsi, un nombre croissant d’universitaires africains trouvent à étudier et être employés dans différents établissements à travers toute l’Asie. Réciproquement, de plus en plus de chercheurs des différentes régions d’Asie travaillent dans les pays d’Afrique sur une large gamme de questions. Ces interactions et transversalités complètent, voire concurrencent, les modes d’enquête, d’analyse et de diffusion constitués par les traditions occidentales de recherche. Ce séminaire cherchera à observer ces processus de renouvellement des pratiques et méthodes scientifiques. L’attention sera portée sur les phénomènes de standardisation et de multipolarisation qui contribuent à l’émergence de nouvelles formes d’acquisition, d’application et d’organisation des savoirs, sans invalider les modèles anciens, mais en redistribuant les ressources et les formes de légitimités.

Intitulés généraux :

 

  • Éloi Ficquet– Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l’Afrique

 

Réception :

sur rendez-vous, pris par courriel auprès des responsables du séminaire.

Niveau requis :

ouvert à toutes celles et tous ceux qui inscrivent leurs recherches dans une perspective d’aires culturelles et veulent réfléchir et débattre sur leurs dynamiques et enjeux actuels.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :