Le Japon sera-t-il un pays d’immigration ? 日本は移民国家になれるのか?

(日本語のコメントはページの最後から)

Le mardi 12 novembre 2013 à l’EHESS, nous avions organisé une table ronde intitulée « Le Japon est-il un pays d’immigration ? » à l’occasion de la parution du numéro spécial de la revue Hommes et migrations, n°1302.

Avec moins de 2% de population étrangère, la migration est considérée comme un phénomène marginal sur l’archipel. Ce qui n’a pas empêché les chercheurs présents ce jour-là de souligner la forte augmentation du nombre de résidents étrangers depuis 20 ans. Une grande majorité d’entre eux s’installant surtout les grandes métropoles, entre Tokyo et Osaka.

Cinq ans plus tard, où en est la société japonaise ?

Japon : un pays sans immigrés : Journal de France 2, le 3 avril 2018.

jp

La population japonaise en forte baisse…

Derrière le débat sur l’immigration, c’est sans nul doute la baisse de la population japonaise qui inquiète le plus le gouvernement. L’Institut pour la population et la sécurité sociale évalue à 88 millions le nombre probable de Japonais en 2065, contre 126 millions en 2015.
Autre sujet d’inquiétude, le vieillissement de la population. D’après un récent sondage du ministère de la santé, la société japonaise devient de plus en plus « âgée ».  Aujourd’hui, les plus de 65 ans représentent 27,2 % de la population. En 2065, ils seront 40 %. Seuls 941 000 bébés seraient nés en 2017, soit 36 000 de moins qu’en 2016, et surtout, le chiffre le plus bas depuis 1899. Dans le même temps, 1,3 million de Japonais sont décédés. (Voir article du Monde, le 9 janvier 2018)

Tokyo essaye donc de chercher la main d’œuvre manquante du côté des étrangers… mais il y a une forte résistance.

Discrimination raciale au Japon

Pour beaucoup de Japonais accueillir les étrangers conduirait à une hausse du taux de criminalité. C’est le cas de cette dame interviewée dans le reportage de France 2. D’après certains groupes nationalistes radicaux ou « Uyoku », les étrangers seraient les ennemis de la pureté et de l’authenticité japonaise. Les plus militants n’hésitent pas à prononcer des « discours de haine » ou « hate speech » à l’encontre des étrangers dans certaines rues de Tokyo. Des discours violents et racistes repris dans les médias et sur les réseaux sociaux qui suscitent l’inquiétude, et parfois l’incompréhension des étrangers résidant dans le pays.

« Il ne faut pas séparer au nom du respect de l’authenticité culturelle »

Pas plus tard que le 13 mars dernier, nous avons organisé une autre table ronde sur ce thème de l’immigration au Japon, avec comme intervenant principal Kamei Nobutaka de l’Université préfectorale d’Aichi, anthropologue et chercheur invité à la FFJ.

kamei_nobutaka Kamei Nobutaka à l’EHESS, mars 2018

Si Kamei a décidé de s’exprimer dans les médias pour évoquer ce sujet, c’est à cause d’un article publié le 11 février 2015 dans le journal conservateur japonais, Sankei Shinbun, sur la « cohabitation » avec les migrants.

L’auteure, Ayako Sono, écrivaine connue au Japon s’est basée sur son expérience en Afrique du Sud pour expliquer la nécessité d’accueillir les étrangers, tout en préservant une certaine distance avec eux. Selon elle, les Japonais et les étrangers peuvent travailler ensemble, mais il faudrait que leurs lieux d’habitations soient séparés. Tout cela par souci du respect de la différence culturelle fondamentale entre les Japonais d’un côté, et les étrangers de l’autre.

Kamei souligne l’absurdité de ce discours « isolationniste » : « Il ne faut pas séparer au nom du respect de l’authenticité culturelle et de la protection du droit des migrants », affirme-t-il. « C’est une autre forme de discrimination ».
Reprenant à son compte les arguments de l’anthropologue Taguieff (Taguieff, 1987), il insiste sur le fait que c’est bien le devoir des autorités, et non celui des migrants, de trouver une solution qui permet une véritable cohabitation entre la population japonaise et les migrants de différentes origines, et ceci « non par la séparation, ni par l’assimilation forcée ».
Très largement débattue en France depuis des décennies, la question de l’accueil et de l’intégration des ressortissants étrangers est plus que jamais d’actualité dans les grandes villes nippones. Pourtant, il me semble encore trop tôt pour parler de double nationalité à la française au Japon. Mais cela finira par arriver, c’est le sens de l’histoire.

En attendant, il appartient aux dirigeants politiques japonais de trouver un juste milieu, ne serait-ce que pour faire face à son problème démographique.


(記事へのコメントで、直訳ではありません)

4月3日、フランスの主要なチャンネルFrance2の番組では日本における移民の厳しい状況が報道されていました(ビデオは上記の記事、フランス語版に転載してあります)。

私の勤務するフランス国立社会科学高等研究院(EHESS)日仏財団でも移民に関する議論を何度か繰り返してきました。フランスではすでに国籍を取得した元移民の人口も多く、パリに着いた当初、私もイメージしていたパリと現状との違いに驚きました。例えば、路線にもよりますが、地下鉄に乗ってほとんど白人、ヨーロッパ人のいない車両にあたることなど普通です(人種構成はまちまちで、アジア系、ラテン系、アラブ系、アフリカ系、などなど)。フランスでは、こうした文化的背景の違うフランス国民のインテグレーション(社会への適応)が大きな課題になっています。

フランスでインテグレーション議論が盛んな背景には、何世代にもわたって国籍を取得しているにも関わらず人種や肌の色、宗教によって、いわゆる「生粋のフランス人(français de souche)」との差別を受ける人々が多く、社会、労働市場の問題として根強く問題視されてきた、という現状も否めません。

まだまだ「移民国家」というにはほど遠い日本では、国籍取得どころか、移民が合法な条件で日本社会で労働していくにはどうしたらよいか、という議論さえ困難を極めているように思えます。それは日本がよく言われるように「島国」で、「文化的に均一な国民性」だから、他者を受け入れるのが困難なのでしょうか?

私の知っているところでも、草の根レベルや地域レベル、教育機関などでの多文化理解の試みはたくさん行われているし、成功例もあります。日本や日本人を一般化するようなディスクールは、どうも経済的、政治的な意思によって、あるいは社会の変化に対する意図的な無関心によって再生産されつづけているように思えてならないのです。

先日、3月13日に、EHESSで愛知県立大学の亀井伸孝先生を迎え、移民差別や文化的相違に関する研究者の役割、という議題でラウンドテーブルを開催しました。亀井先生は2015年、ウェブジャーナルのSynodos誌に、日本のネットを一時沸かせた、曽野綾子氏の産経新聞コラムに対する批評を掲載した経験をもとに、日本の差別問題を文化人類学の知見から分析してお話ししてくれました。

歴史上、南アフリカでも、そしてその他の国でも「同化」を強要しないスタンスが、「隔離」という別の差別を生む温床になってきたこと、そしてどちらの形式での差別も許容しない、バランスのとれた政策が必要なこと。そのために変わるべきは、主流社会の側であってマイノリティーの側ではない、という議論はとても分かりやすく日本に限らず多くの社会の現状と展望を物語っていると思いました。亀井先生の記事はウェブ上で閲覧が可能です。「異なりつつも、確かにつながり続ける社会」を展望したいという意見には強く同意します。

いつか、まだまだ先のことだろうとは思うのですが、日本もフランスのように二重国籍や二重三重のアイデンティティー、メティサージュ(人種や文化が入り交ざること)の問題が、マイノリティだけでなく社会の主要な問題として湧き上がってくる時がくるのでは…と思います。その時、政府や行政の中にも多様な文化や人種の人々が関わるようになっているのでしょうか。まだなかなかそこまでは想像が難しいな、と思いながらも16年後に日本国籍か、もしくはそれ以外の国籍か、の選択を求められる娘の将来を考えるのでした。(フランスとギニアの国籍は二重国籍が可能になったので、こちらを選択するのかな…そうすると日本人ではなくなる…う~ん。)

亀井先生の記事はこちら

亀井伸孝 / 文化人類学、アフリカ地域研究「文化が違うから分ければよい」のか――アパルトヘイトと差異の承認の政治、シノドス 2015.02.25 Wed

Twitterkaeamo.twitter

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :